04/01/2005

Dix-huit : la boucle est bouclée

 
Igor est sérieux
Sa mère... frivole

 
Igor est intello
Sa mère... futile

 
Igor est réfléchi
Sa mère... inconséquente

 
Igor est rationnel
Sa mère... fantaisiste

 
Igor est mature
Sa mère... puérile

 
Igor est réservé
Sa mère... impétueuse

 
Igor est raisonnable
Sa mère... excessive

 
Igor est glacial
Sa mère... câline

 
Igor est pudique
Sa mère... grivoise

 
Igor est tortueux
Sa mère... candide

 
Igor est sombre
Sa mère... enjouée
 
Igor est
Sa mère...

 
 
Notes d'Igor
 
"Je est multiple" [Fernando Pessoa]
 
"Je est un autre" [Arthur Rimbaud]

15:51 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

31/12/2004

Dix-sept


 
- June... Est-ce que vous savez ce que fait le loup quand sa patte est prise au piège ?
- Non...
- Il la ronge. Il arrache la peau, les ligaments, puis il finit par couper l'os.
- Personne ne peut imaginer ce qu'il endure mais une fois sur deux, il s'en sort.

 
Avec précaution, Igor intercala un signet entre la page 27 et la page 28 du troisième tome de "Sanctuaire" [...]
 
 
Notes d'Igor
 
"Sanctuaire", bande-dessinée en trois tomes de Christophe Bec et Xavier Dorison [Les Humanoïdes Associés http://www.humano.com/sanctuaire].
 
Avec la sortie du tome 3 intitulé "Môth", la boucle est bouclée. Et la trilogie achevée ! Un must pour les amateurs du [déjà vieux mais ô combien célèbre] Nostromo. 
 
Nombreuses références au Royaume d’Ougarit, découvert en 1929, sur la côte syrienne. Serait à l'origine du plus ancien alphabet du monde, datant du 14ème siècle avant notre ère.
 
Fascination d'Igor pour le Panthéon ougaritain [Baal, dieu de l'orage, protecteur du royaume et garant de sa prospérité - Môth, la mort, les ténèbres].
 
A trouver absolument : une traduction des poèmes mythologiques du "Cycle de Baal", rédigés initialement en ougaritique.

12:41 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/12/2004

Seize

 
La mère d'Igor faillit vendre son âme au diable. Elle était sur le point de signer l'acte fatal lorsqu'Igor intervint brutalement. On ne lui fait pas à lui! Il connaît ses classiques : "Goethe, bon sang, Johann Wolfgang Goethe!" Sa mère, candide à l'excès, n'avait rien capté. Une fois de plus. Elle la connaît pourtant la légende. "Méphistophélès, souviens-toi de Méphistophélès!". Bien sûr qu'elle se souvient de Méphistophélès, celui qui hait la lumière. Elle peut même réciter de mémoire Qui donc es-tu, toi dont l'ardent regard pénètre tel l'éclat d'un poignard, et qui comme la flamme brûle et dévore l'âme... Et alors? Comment pouvait-elle deviner? C'est Céphas, le Prince des apôtres, qui se présenta à elle. Pas Méphistophélès. Il lui promit la clef du Royaume des Cieux. Alléchant. Comment pouvait-elle savoir? "Le chant du coq!" hurla Igor, hors de lui. Azazel. Belphegor. Leviathan. Moloch. Celui que la Bible nomme le "Dieu de ce siècle". Le voleur d'âme. Allait-elle comprendre un jour? Pour se calmer, la mère d'Igor fredonna le début de l'opéra de Berlioz, "La Damnation de Faust". Cette fois encore, Igor lui pardonna. Parce que c'est sa mère. Parce que sa candeur est touchante. Et parce qu’il serait injuste de condamner l’aspiration à l’Absolu. Demain, la mère d’Igor a rendez-vous avec un ange [...]
 
 
Notes d'Igor
 
Faust, figure mythique du savant prêt à vendre son âme au diable pour l'accès au savoir universel. Mythe inspiré d'un personnage qui aurait réellement existé au XVème siècle, en Allemagne [aucune preuve de son existence].
 
Mythe exploité à de nombreuses reprises à travers les siècles. Première version écrite et connue de Faust : "Histoire du docteur Faust" en 1587. L'adaptation littéraire la plus célèbre reste toutefois celle de Johann Wolfgang Goethe [poème dramatique en deux actes, écrit en 1786-1788]. Goethe termina le second Faust en 1831, à 82 ans, un an avant sa mort.
 
Chez Goethe, Faust est un vieillard qui vend son âme à Méphistophélès pour retrouver sa jeunesse et son pouvoir de séduction. Nous sommes bien loin de la légende humaniste originelle. Thème abordé est celui de la satisfaction personnelle, de la quête de ses propres limites, de l'aspiration à un Idéal.
 
Mythe de Faust a inspiré de nombreux artistes, peintres ou compositeurs. Citons entre autres l'oeuvre mi-symphonique mi-lyrique d'Hector Berlioz "La Damnation de Faust" [1846] ou encore le Faust de Goethe illustré par Delacroix, en pleine période Romantique.

14:12 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/12/2004

Quinze


C’est au Japon qu’Igor apprit l’origami, l'art traditionnel du papier plié. La première fois, il trouva ça ridicule. Igor trouve toujours ridicule ce qu’il ne comprend pas. Il resta sur sa position jusqu’à ce qu’il apprenne l’origine de cet art ancestral : le Shintôisme. Or, depuis toujours, Igor se passionne pour tout ce qui touche au Shintô [les Kamis, les Toris, les sanctuaires, les rites, les cérémonies, …], il DEVAIT donc aimer l’origami. C’était obligé ! Sa première réalisation fut une grue. Celle dont parlent les légendes. Cette grue [symbole de longévité] qui pourrait vivre 1000 ans. Cette grue qu’il suffirait à quiconque de réaliser 1000 fois pour voir ses voeux exaucés par les Kamis. Igor ne croit pas à tout cela. Sa mère, oui. Lui, non. D’ailleurs, sa première grue fut ratée. Ainsi que la suivante. Et celle d’après. Il abandonna donc l’origami. Mais continua [plus que jamais] à aimer le Japon et le Shintôisme.
 
 
Notes d'Igor

Origami, terme japonais du verbe ORU (plier) et de KAMI (papier).

Désigne l'art de reproduire à partir d’une feuille de papier et par une succession de plis une forme imaginative ou un objet décoratif.

Conçu originellement dans un but religieux, pour la représentation symbolique de divinités.








10:14 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/12/2004

Quatorze

 
Quand ils s'ennuient, Igor et sa mère jouent à se souvenir. Le principe est très simple : se raconter l’un l’autre ses meilleurs souvenirs de vie. Souvent, c'est Igor qui ouvre le jeu. Il se concentre et se souvient. La vieille porte d'entrée, l'odeur du poulet rôti, le sofa défoncé, le carillon de l'église du village, ... Et puis, c'est au tour de la mère d'Igor. La skyline, le Gange, la Grande muraille, le Wasa, le Shinkansen, ... "Je me souviens", prononcent-ils posément, avant chaque nouvelle partie.
 
Notes d'Igor
 
Se souvenir.

12:17 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/12/2004

Treize

 
La mère d'Igor est agnostique. Cela ne l'empêche pas de fréquenter l'église Sainte-Marie-Madeleine, l’une des plus anciennes de la ville. En réalité, ce n'est pas tant l'église qui l'intéresse... mais bien une chapelle annexe, discrète, presque invisible. On y accède par la nef latérale. Sur la gauche. A quelques mètres seulement du choeur. Non loin des cinq vitraux gothiques. Une chapelle modeste, sobre, intimiste. Vide le plus souvent. Une dévotion [superstition !] qu'Igor exècre. "Aide-toi, le Ciel t'aidera" conseille-t-il à sa mère. Il a raison. Elle le sait. Mais ça la rassure, ce cierge qui part en fumée. Se consume. Alors, elle y retourne. Et brûle un cierge. Un dernier.
 
 
Notes d'Igor
 
Eglise Sainte-Marie-Madeleine, l'une des plus anciennes églises de la ville de Bruxelles. Sa fondation par les Frères de la Miséricorde remonte au milieu du 13ème siècle.
 
Abrite une chapelle dédiée à Sainte Rita, connue et invoquée comme la sainte des cas impossibles, l'avocate des causes désespérées. Célèbre en Italie et dans le monde entier. Fut béatifiée en 1626 par le Pape Urbain VIII et canonisée en 1900 par le Pape Léon XIII.

16:48 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/12/2004

Douze



Dans l'univers d'Igor, les lapins sont blancs. Et pressés! Dans cet univers, on fête les non-anniversaires. On tranche les têtes aussi. Enfin, ELLE tranche les têtes. La Reine de Coeur. Et puis il y a des océans... des océans de larmes. Dans cet univers, on boit du thé en bonne [folle!] compagnie. On croise des chats hilares. Des vers à soie opiuman. On grandit et rapetisse à vue d'oeil. "Bois-moi", "Mange-moi"! aime ordonner Igor. Dans son univers, les lapins sont blancs. Et constamment en retard [...]
 
 
Notes d'Igor
 
Alice au Pays des Merveilles, récit écrit par Lewis Carroll [de son vrai nom Charles Ludwige Dogson - né le 27 janvier 1832 à Daresbury, Angleterre]. 

L’histoire veut que ce soit lors d’une promenade en barque avec les trois filles du doyen d’Oxford qu’il se mit à improviser une histoire ayant pour héroïne Alice, l’une des fillettes. Celle ci, ravie, lui aurait par la suite demander de "manuscrire" le récit [terminé et édité en 1865].

Idée du périple initiatique. A chaque changement de "monde" correspond un changement de taille.

Mythe de l'enfant qui joue avec son imaginaire. Thèmes de l'affabulation, de l'absurde, du non-sens, de la loufoquerie. Jeux d'équilibre entre la naïveté et la lucidité, l'enfance et l'adolescence. Critique du rôle de l'autorité parentale et de l'éducation victorienne.









17:09 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/12/2004

Onze


Et Igor de relire à haute voix : "Quand un grain de sable pénètre dans une huître et l'agresse au point que, pour s'en défendre, elle doit sécréter la nacre arrondie, cette réaction de défense donne un bijou dur, brillant et précieux" [...]

 

Notes d'Igor
 
Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Editions Odile Jacob.
 
Notion d'oxymoron, qui exprime une antithèse, l'association de deux termes antinomiques. L'obscure clarté de Corneille par exemple.
 
Résilience : terme utilisé en physique [retour à l’état initial d'un élément déformé]. Chez l'homme, capacité à surmonter les traumatismes. L'idée qu'un coup encaissé peut provoquer des effets variables, voire même un rebond.



09:42 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

07/12/2004

Dix

Samedi, la mère d’Igor le traîna [contraint et forcé] à un colloque sur le Dharma. "Un truc bouddhiste, quoi!" pesta Igor. "Combien de fois devrais-je te demander d’employer le terme Dharma. Ne sais-tu donc pas que le mot Bouddhiste a été crée par d’incultes… bouddhologues!". Comment pourrait-il ne pas le savoir. Sa mère lui ressasse les mêmes théories depuis qu’il est en âge de comprendre. Igor en a ras-le-bol ! Ras-le-bol du Bouddha, du Samsara, du karma et de l’Eveil. Quant à Siddhârta, il aurait mieux fait d’y rester, sous son arbre. Igor aurait LA PAIX aujourd’hui. Soit. Simulant une surdité fulgurante, la mère d’Igor ignora les vociférations de son fils et continua son chemin. Bien décidée à assister au colloque. Six heures ! Six heures de conférence ! "De pénitence" rectifia Igor, en foudroyant sa mère du regard. Ils s’apprêtèrent à quitter la salle lorsque l’un des orateurs, le lama Denys, reprit la parole : "Chaque matin, regardez-vous dans le miroir, et dites-vous que vous aussi, un jour, vous mourrez. Ca vous aidera à recentrer vos priorités". L’assemblée [manifestement émue par le contenu de cette intervention] applaudit avec dévotion, l’air admiratif. "Foutaise" marmonna Igor avant de quitter la salle. Il ne savait pas encore qu’un jour il comprendrait et remercierait sa mère de l’avoir initié au B… non… au Dharma.
 
 
Notes d’Igor
 
Colloque "Bouddhisme, la sagesse au quotidien". Samedi 4 décembre 2004, au Centre culturel Jacques Franck. Orateurs: Ken HOLMES, Lama DENYS, Carlo LUYCKX, Lama YESHE LOSAL Rinpotché.
 
http://www.samye.be/fr/pdf/colloque20041204.pdf
http://www.samye.be/fr/pdf/samyetribune109.pdf
http://www.samye.be

14:00 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Neuf

Je connaissais un anglais, confia Goethe à Igor, qui s’est pendu pour ne plus avoir à renouer sa cravate chaque matin.

Notes d'Igor

Néant.


09:07 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

06/12/2004

Huit

 
La mère d’Igor enfanta en musique. Et de lancer haletante, entre deux contractions : "Faute de père, une symphonie!". Ce ne furent donc pas les bras tremblants d’un père écoeuré [au bord de l’évanouissement] qui accueillirent Igor… mais bien la puissance d’un orchestre philharmonique. Comme "géniteur de substitution", elle préféra Beethoven à Wagner, trop nationaliste et mégalo à son goût. Igor échappa donc de justesse à La chevauchée des Walkyries et naquit au rythme de La Cinquième Symphonie, celle que le Maestro aimait appeler… la symphonie du destin.
 
 
Notes d’Igor
 
Ludwig van Beethoven naît à Bonn [Allemagne] en 1770.
 
Sa Sonate pathétique [1797] est considérée comme le premier morceau de style romantique et marque la fin de la période Classique [caractérisée par légèreté, équilibre, sobriété, pureté, perfection, rigidité, froideur, sécheresse de cœur, détachement et rationalisme].
 
Avec le Romantisme, les compositeurs vont au-delà de la forme. Ils donnent de l’importance au fond [programme extramusical] et aux émotions. L’oeuvre romantique devient miroir de l’âme.
 
Mouvement similaire en peinture avec des peintres comme Francisco De Goya, Caspar David Friederich, Eugène Delacroix, Théodore Géricault, William Turner, …
 
Idem en littérature : Victor Hugo, Goethe, …

 
Ludwig van Beethoven perd l’ouïe à l’âge de 27 ans. Incapable de jouer en public et contraint à un cruel isolement moral [du à sa surdité], celui-ci se retranche alors sur la composition.
 
Il meurt à Vienne, seul et tourmenté, le 26 mars 1827.

13:16 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/12/2004

Sept


 
Comme il l’expliquait encore récemment à son ami Pakal, Igor aime les hommes. C’est comme ça ! Bon d’accord, il n’y a pas de réelle attirance physique mais disons qu’il s’agit d’un choix pragmatique, longuement réfléchi, pris en toute connaissance de cause. Une "sexualité de raison" si vous préférez. Igor décida qu’il aimait les hommes le jour où il découvrit avec stupéfaction qu’aimer un jeune garçon au temps de [l’admirable et admiré] Socrate était fortement encouragé. Mieux, dans l’esprit des grecs anciens, l’amour noble et le plaisir charnel étaient l’affaire des hommes UNIQUEMENT. "Les grecs n’ont pas pu se tromper sur un sujet à ce point essentiel, c’est évident!". Ca l’était du moins pour Igor qui décida d’annoncer l’heureuse nouvelle à sa mère : "J’aime les hommes" lui annonça-t-il fièrement, un beau matin. Celle-ci, vraisemblablement ravie, se mit à débiter de mémoire les noms de peintres et écrivains célèbres : Michel-Ange, Goethe, Louis Aragon, Jean Cocteau, Arthur Rimbaud, Camille Saint-Saëns, Erik Satie, Oscar Wilde, Andy Warhol, Yukio Mishima, etc. Igor n’était donc pas le premier ! D’autres, avant lui, avaient nourri cette idée géniale. Celle d’un retour aux sources. Déçu, il décida alors d’abandonner son ambitieux projet et se résigna, des années plus tard, à aimer les femmes.
 
 
Notes d’Igor
 
La Grèce Antique fut l’Age d’Or de l’homosexualité. On parle alors plutôt de pédérastie [initiation de maître à élève].
 
L’intolérance apparaît au Moyen-Age avec l’émergence du Christianisme. La sodomie est qualifiée d’hérésie. Les sodomites sont condamnés à mort et brûlés vifs sur le bûcher.
 
1895 : procès de Oscar Wilde pour "mauvaises mœurs" [deux années de prison sans rémission].
 
Fin du 19ème, l’Allemagne est le premier pays à se doter d’un mouvement homo. Pour la première fois dans l’histoire, l’homosexualité tombe sous la coupe de la médecine.
 
Années 20, les Années Folles : culte de l’homosexualité. Publication posthume des deux volumes de Sodome et Gomorrhe [Proust]. Floraison d’œuvres littéraires à thème homosexuel.
 
Questions [énervantes] sans réponses :
- Existerait-il un gène de l’homosexualité [comme il existerait un gène de l’obésité ou un gène de l’aventure] ?
- Peut-on donner une explication au fait que tant de génies créateurs aient été homosexuels ?

09:13 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

30/11/2004

Six




Igor aime apprendre. Avec rire et s’émouvoir, c’est ce qu’il préfère. Dernier enseignement en date : le mushotoku. Littéralement : "l’esprit de non profit". Telle est l’essence même du Zazen. C’est l’ancien bras droit du grand maître japonais Taisen Deshimaru qui initia Igor. Le mushotoku ? C’est LA clé ! C’est le "Expect nothing… Enjoy everything!" ressassé par Igor à chaque occasion. C’est le "Surf sur la vague!" de son ami le wookiee. Le principe ? Très simple : agir librement, sans avoir d’attentes. Cesser de vouloir obtenir coûte que coûte. Juste agir, ICI et MAINTENANT, sans se poser de question. Et quand Igor interrogea le maître sur le pourquoi de notre existence dans l’esprit du mushotoku, il lui répondit tout simplement : naître, vivre et mourir. Ni plus. Ni moins. Cette réponse réjouit Igor qui s’auto proclama "disciple zen" et s’en alla à son tour initier son ami le wookiee.
 
 
Notes d’Igor
 
En japonais, Zen signifie "méditation".

Le zen définit une des écoles du Bouddhisme [Japon]. On parle de Bouddhisme zen. La particularité du zen est de mettre l'accent sur la posture [zazen ou l’assise juste], technique permettant d’atteindre l'Éveil.

Le zen n’est pas une religion [absence de doctrine] mais une philosophie de vie qui enseigne avant tout une posture du corps.

Le zen prône le vide. Influence importante sur l’art d’après-guerre et principalement le Suprématisme des années 30 avec l’apparition des premiers monochromes de Malevitch [recherche du degré zéro dans la peinture].

Le koan, ou énigme, est un des principaux outils d’enseignement du Bouddhisme zen et a comme objectif de susciter chez le disciple le questionnement. Exemple de koan : "Quel est le son d’un applaudissement fait d’une seule main ?"












08:57 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

29/11/2004

Cinq


Chaque soir, avant de s’endormir, Igor lit un passage de l’Odyssée d’Homère. Il alterne. Un jour, l’histoire des Cyclopes et de Polyphème. Le lendemain, l’épisode des Sirènes. Et ainsi de suite, soir après soir. Souvent, il ferme les yeux et récite de mémoire : "Kyklôps, tu me demandes mon nom illustre. Je te le dirai, et tu me feras le présent hospitalier que tu m’as promis. Mon nom est Personne […]". Certains soirs, il lui arrive même de percevoir au loin le chant harmonieux des sirènes : "Viens, ô illustre Odysseus. Arrête ta nef, afin d’écouter notre douce voix […]". Ces soirs là, Igor ne s’endort jamais sans avoir effleuré au préalable les deux petites boules de cire, conservées précieusement sous son oreiller.
 
 
Notes d’Igor
 
Homère aurait vécu au 9ème siècle avant JC.


Mystère autour de cet auteur car théorie selon laquelle Homère ne serait pas un personnage historique ayant réellement existé mais un symbole personnifiant la poésie populaire de la Grèce antique.
 
Toujours selon cette théorie, L’Iliade et L’Odyssée [épopées homériques] ne proviendraient donc pas d’un auteur unique mais seraient un ensemble de fragments de poèmes distincts [appelés rhapsodies], provenant de sources et d’époques différentes.
 
L’Odyssée exploite le mythe du retour d’Ulysse dans son royaume, après la destruction de Troie. Thèmes mythiques du héros, du voyageur malgré lui, de l’exil, du retour impossible, du voyage en tant qu’épreuve initiatique et de la fidélité [illustrée par son épouse Pénélope].
 
En 1922, transposition moderne de l’Odyssée d’Homère par James Joyce [Ulysse].
 
Centre d’études Homériques:
http://www.u-grenoble3.fr/homerica



09:18 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2004

Quatre


Igor demanda un jour à sa mère de lui expliquer l’origine du monde. "D’où venons-nous?" Perplexe, celle-ci sembla réfléchir quelques instants puis disparut, l’air inspiré. Elle revint avec, dans les bras, un livre… énorme et poussiéreux. "Un traité de biologie ou d’astronomie sans doute", se réjouit intérieurement Igor. Après avoir consulté la table des matières, elle feuilleta l’ouvrage avec précaution. Comme si il s’agissait d’un ouvrage sacré. "La voici" lui lança-t-elle triomphalement. "Voici l’origine du monde!" Igor venait de découvrir L’Origine du monde de Gustave Courbet, l’oeuvre la plus scandaleuse de toute l’histoire de l’art. Ce jour là, il comprit également que sa mère n’était douée… ni pour la biologie… ni pour l’astronomie !
 
 
Notes d’Igor
 
Gustave Courbet [1819 France - 1877 Suisse], principal représentant du mouvement Réaliste, apparu en France [milieu du 19ème siècle] en réaction à l’idéalisme romantique.
 
Les réalistes s’inspirent des scènes de la vie quotidienne et peignent les choses telles qu’elles sont, froidement, objectivement, sans les embellir ni les idéaliser.
 
'L’Origine du monde' est une peinture à l’huile sur toile [55 cm x 46 cm] commandée à Courbet en 1866 par un diplomate et collectionneur turc, du nom de Khalil Bey possédant déjà 'Le Bain Turc' de Ingres.


Oeuvre jugée indécente car trop réaliste [sexe béant, lèvres saillantes, pointe du sein en érection] et réduisant la femme à son seul attribut sexuel.
 
Célèbre pour avoir appartenu au psychanalyste Jacques Lacan dans les années 50.




09:01 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

23/11/2004

Trois

Igor a beau être blanc… il aime le cinéma noir. Le néo-noir aussi. Sa mère, elle, n’apprécie guère. Elle préfère les comédies romantiques. "Le vrai cinéma" précise-t-elle. "Celui où l’on pleure". Ce qu’Igor aime dans les films noirs ? La matérialisation de l’obscurité, les images fantomatiques, la vision cauchemardesque du monde, l’exploitation cyclique de temps, l’utilisation du double inversé, les références au corpus sadien, les figures archétypales, … Mais aussi le reflet de l’idéologie sociale dominante. Car un film noir ou néo-noir n’apparaît jamais par hasard. Il exprime une crise sociétale, un malaise collectif. Quoi d’autre ? L’absurdité et l’effacement radical du rapport de cause à effet. Avec comme conséquence une forte impression de fragmentation du scénario. Quand il sera grand, Igor aimerait devenir héros de films noirs : il vivrait dans un univers clos, hostile où règneraient le chaos et l’obscurité. Il souffrirait d’amnésie et serait sujet à de graves crises d’identité. Il serait constamment en transit, via une route aussi hypnotique que circulaire, ne menant nul part. Sans doute aura-t-il une sexualité débridée et morbide, teintée de fétichisme et emprunte d’homosexualité. Sans doute sera-t-il un brin psychopathe, paranoïaque, schizophrène, … Ou les trois ! Peu importe tout cela. Sa décision est prise. Quand il sera grand, Igor sera héros de films noirs.
 
 
Notes d’Igor

09:19 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2004

Deux

Igor se retrouva un jour nez à nez avec l’Oiseau Bleu. Le vrai. Celui de Maeterlinck. "Apportes-tu réellement le bonheur?" lui demanda-t-il. Il plut directement à l’animal céleste avec lequel il discuta longuement : de Tyltyl, de Mytyl, du Palais de la Nuit, du Jardin des Bonheurs, du Royaume de l’Avenir. De quête initiatique aussi. Malheureusement, la fée Bérylune ne lui fut pas présentée. "Un pot-au-feu à surveiller sans doute!", grommela Igor dans un soupir. Pour se faire pardonner, elle l’initia dans son sommeil au Symbolisme. Bérylune lui fit entre autres aimer Ensor, Munch, Bocklin et Debussy.

 

Notes d’Igor

Maurice Maeterlinck, auteur dramatique, poète et essayiste philosophique belge de langue française [1862 Gand - 1949 Nice].

Reçoit en 1911 le Prix Nobel de Littérature pour L’Oiseau Bleu, pièce féerique en six actes [première représentation le 30 septembre 1911]. 

Incarne le Symbolisme, mouvement artistique prônant la concrétisation des angoisses, des visions et des états d’âme.


16:53 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un

Igor se demanda longtemps ce qui avait poussé sa mère à l’affubler d’un tel prénom. "Pourquoi Igor?", ressassait-il constamment. "Le Sacre, mon fils, le Sacre!", lui répondait-elle excédée. Ce n’est que bien plus tard qu’Igor découvrit la polytonalité. Il aurait pu s’appeler Claude ou Arnold, en souvenir de ceux qui renouvelèrent radicalement l’esthétique musicale au début du siècle dernier. Mais au Prélude à l’après-midi d’un fauve et au Pierrot Lunaire, sa mère avait préféré le Sacre du Printemps.

 

Notes d’Igor

Igor Stravinsky, compositeur et chef d’orchestre russe nationalisé américain [5 juin 1882 Saint-Pétersbourg - 6 avril 1971 NY].

Le Sacre du Printemps, sa création la plus célèbre en 1913 sous l’égide des Ballets Russes [Serge Diaghilev].

Lors de la première à Paris [chorégraphie de Nijinsky], l’œuvre fit scandale et opposa farouchement avant-gardistes et conservateurs.

Autres : L’Oiseau de feu [1910], Petrouchka [1911], Pulcinella [1920], Oedipus Rex [1927], etc.


11:42 Écrit par Igor & Co | Lien permanent | Commentaires (26) |  Facebook |